September 30, 2020

L'état des connaissances taxonomiques sur le genre Nysius (Hemiptera: Lygaeidae: Orsillinae)

Le 11 févrir 2020, j'ai reçu un courrier intéressant de Docteur G. E. E. Scudder concernant l'état des connaissances taxonomiques des espèces du genre Nysius et voici ce qui est écrit:

Thank you for sending me your email address, and the photograph of
Aradus insolitus Van Duzee that you collected and record from Quebec.

I have checked, and I do not have any bed bugs, that you said you sent
me. However, I have some other Heteroptera, mostly Nysius, that you sent
me on 6 March 2006.  I will return these when I am able to pack parcels.
You should have received, by email, the pdf of the two papers that I
coauthored with the new Quebec records. I am having some problems with
Nysius identifications. Eric Maw at the CNC has been coordinating some
bar-coding of Nysius species, trying to sort out some of the problems.
So far, the data obtained are rather confusing.

Baber (1947), Moore (1950), Beique & Robert (1965) and Slater (1964),
recorded N. angustatus Uhler, N. ericae (Schill.), N. thymi (Wolff) and
N. groenlandicus (Zett.) from Quebec. However, Ashlock (1977) reported
that North American N. ericae was in fact really N. niger Baker, and
said that N. ericae and N. niger were best separated by the shape of the
female spermatheca. Thereafter, Larochelle  (1984) and Henry &
Froeschner (1988) reported N. niger instead of N. ericae from Quebec.

In our preliminary bar-coding of N. niger, we found that those sorted
into two groups. This suggests that there may be two types of N. niger
in North America. We need to do more research on this problem.

With regard to N. groenlandicus that Barber (1947)reported from Bradore
in Quebec, Böcher (1976, 1978) said that the species did not occur in
North America, a fact noted by Danks (1987, Arctic Arthropods p. 425).
We have bar-coded specimens from Greenland determined as N.
groenlandicus by Claus Rasmusson, and found that these have a bar-code
like specimens we have from Churchill, Manitoba. However, our bar-coding
results from other Greenland specimens suggests that there may be two
forms of N. groenlandicus in Greenland. We need to check this further by
looking at more specimens. The PEI specimens in the CNC determined as N.
groenlandicus by L.A. Kelton, are in fact N. angustatus.

I see that Schmitz and Péricart (1993) believe that N. groenlandicus may
be a subspecies of N. ericae. In fact, Péricart (1999 Faune de France
84A:218) accepts this suggestion. However, Péricart (2001 in Aukema and
Riegert, Catalogue of the Heteroptera of the Palaearctic Region) says
that this taxon needs further discussion, noting that American authors
and Vinokurov consider that it is a good species. Péricart (2001) says
that a study of populations from arctic parts of Eurasia and America is
necessary. So far, we have not examined the specimens from Bradore in
Quebec.

The Greenland specimens have bucculae, not fading out posteriorly, as in
N. niger. Instead, the bucculae in N. groenlandicus are like N.
angustatus, that is they have bucculae that are only slightly narrow
posteriorly and end abruptly or even form a small, but distinctly
rounded subanulate point, while the first labial segment in N.
angustatus is slightly shorter than the bucculae; in N. groenlandicus
the first labial segment projects slightly beyond the end of the
bucculae, although not usually as much as illustrated by Wagner (1958,
Comment Biol. 19(2): Fig. 4h, p. 11) or Vinokurov (1988, Heteroptera of
Yakatia , Fig. 557, p. 188). The corium and the membrane are more or
less broadly infuscate, and the surface of the corium is densely coated
with fine setae, but is usually divided of longer erect setae. The male
genital capsule has a lateral spur, similar to N. ericae, as illustrated
by Wagner (1958) p. 13, Fig. 42, or Vinokurov (1988) on page 188, Fig.
558.

Specimens of N. groenlandicus from the Sondrestrom Air Base in
Greenland, were illustrated in Larson and Scudder (2018).

I am not sure about the records of N. thymi from Canada. I reported N.
thymi from the Yukon, but noted it was because the specimens keyed to
this species in Barber (1947). I am not sure that these are true N.
thymi because they look different from the specimens I have from
England, determined by the late G.E. Woodroffe. We have not so far been
able to bar-code fresh specimens of N. thymi from Europe, but have had
to rely on gene-bank data from Germany (Bavaria and Brandenburg).

Finally, we borrowed some type material of N. grandis Baker from the
USNM, but were unable to get barcode data from them. I have seen
specimens from Alberta, named and illustrated in Larson and Scudder
(2018), but am not sure that I can always recognize this species. Barber
(1947) reported N. grandis as closely related to N. angustatus, and said
they differed for the most part with relative rather than positive
features. However, since the species was described from Colorado, and I
have seen many specimens from this state, in the CNC, I have labeled
these as N. grandis. Barber (1947) also reports N. grandis from
Churchill in Manitoba, and south through Mexico to Panama, but the
Churchill record was queried by Larson and Scudder (2018).

I have not yet worked much on N. insoletus Barber, but Barber (1947)
reports it from Utah and Colorado, and I reported it from Idaho
(Scudder, 2013). Barber (1947) says that N. insoletus most closely
resembles N. angustatus, and is best distinguished by the difference in
colour, size, and has more elevated bucculae, longer antennae, and more
distinctly elevated veins in the corium.

The Nysius specimens that you sent on 6 March 2006, appear to be N.
angustatus, and I have labeled them as such. However, I did not dissect
them, and relied on the shape of the bucculae and costal margin of the
corium, and the length of the first segment of the labium.

Posted on September 30, 2020 13:36 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 0 comments | Leave a comment

June 20, 2020

La nouvelle liste des punaises du Québec et des régions adjacentes est disponible

Depuis deux semaines, la mise à jour de la liste des punaises du Québec et des régions adjacentes est complétée et elle est disponible.
http://entomofaune.qc.ca/Feuillets/DF27-punaises_2_3.pdf#zoom=100

Posted on June 20, 2020 17:46 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 0 comments | Leave a comment

May 07, 2020

Préparation d'une nouvelle mise à jour de la liste des punaises du Québec et des régions adjacentes.

Salut à tous

Je suis entrain de préparer une mise à jour de ma liste des punaises du Québec et des régions adjacentes.
La dernière date de 2017 (http://entomofaune.qc.ca/Feuillets/DF27-punaises_2_2.pdf#zoom=100).
Cette nouvelle liste tiendra compte des observations de notre site.

Posted on May 07, 2020 16:38 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 0 comments | Leave a comment

March 30, 2020

Deux Corixidés québécois intéressants

Documents utilisés pour l'identification
J’utilise les trois documents suivants pour l’identification des Corixidae :
Hilsenhoff, W. L. 1984. Aquatic Hemiptera of Wiscousin. The Great Lakes Entomologist 17 : 29-50
https://scholar.valpo.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1491&=&context=tgle&=&sei-redir=1&referer=https%253A%252F%252Fwww.bing.com%252Fsearch%253Fq%253Daquatic%252Bhemiptera%252Bof%2525c2%2525a0illinois%2526qs%253Dn%2526sp%253D-1%2526pq%253Daquatic%252Bhemiptera%252Bof%252Billinois%2526sc%253D0-29%2526sk%253D%2526cvid%253D5C50E44089994D6EBD229F7232F4E509%2526first%253D21%2526FORM%253DPORE#search=%22aquatic%20hemiptera%20illinois%22
Hungerford, H. B. 1948. The Corixidae of Western Hemisphere. The University of Kansas Sciences Bulletin, 32 : 1-827.
https://archive.org/details/universityofkans32univ/page/n11/mode/2up
Polheumus, J. T . Aquatic and Semiaquatic Hemiptera in Merritt, R. W., K. W. Cummins & M. B. Berg. 2019. An Introduction to the Aquatic Insects of North America (5ème édition)
Il est à noter que le troisième ne permet que l’identification au niveau du genre.
Chasse et montage des Corixidés
Lors de mes chasses aux punaises aquatiques et semi-aquatiques, je récolte le plus souvent des mâles
car ces derniers ont des caractéristiques spécifiques permettant une identification sûre : les palas, la configuration dorsale de la moitié apicale de l’abdomen et le pygophore..
Pour bien observer le pala, j’étale les pattes antérieurs.
Au sujet de l’abdomen, j’arrache la moitié apicale qui est collée sur une pointe.
C’est la même chose pour pygophore.
Les femelles sont plus difficiles à identifier.
Les deux espèces de Corixidés québécois
Il y a deux espèces de Corixidés qui retiennent mon attention mais pour différentes raisons.
Sigara johnstoni
Malgré que cette punaise n'est pas sur le site, elle a piquée ma curiosité sur une erreur à son sujet dans le document d'Hungerford (1948. The Corixidae of Western Hemisphere).
Étudiez bien l'image
Mon image
Dans le tableau d'identification des espèces du genre Sigara , notre Corixidé fait partie du groupe dont la longueur ne dépasse pas 6.3 mm et son nom se trouve au couplet 13.
Or dans la description, il est écrit qu'il mesure entre 6.5 et 7.1 mm .
En me basant sur les données descriptives de l'espèce par Hungerford (1948) et des spécimens récoltés, j'ai utilisé le tableau d'identification à partir du 3e couplet pour savoir le résultat. Ce dernier a été Sigara decorata . Cette punaise mesure entre 8.2 et 9.2 mm ce qui est plus grand que la longueur du S. johnstoni .
Sigara quebecensis
Cette punaise a été décrite pour la première fois par Walley en 1930 à partir d’une série de spécimens récoltés le 6 juillet 1929 au Lac Brome et déposés dans la Collection Nationale du Canada sous le nom de Arctocorixa quebecensis . Ces informations sont dans ma base de données.
Hungerford (1948, page 740) mentionne que l’insecte a été pris au Connecticut et dans une localité du New Hampshire.
Depuis 1929, il n’y a pas eu d’autres mentions en me basant sur la littérature scientifique et en consultant des collections scientifiques.
Voilà que 89 ans plus tard, l’espèce est redécouverte le 4 août 2018 à Saint-Étienne-de-Bolton (MRC Memphrémagog, Estrie, Québec, Canada) par la capture de deux mâles dans un étang.
Ce dernier est entouré de mélèzes (Larix laricina). Il y avait des saules émergeants en bordure de l’étang et c’est là que le Corixidé a été trouvé.
Cette mention est remarquable.
Cette punaise exige évidemment des conditions environnementales très spécifiques d’un habitat aquatique pour survivre.

Posted on March 30, 2020 22:27 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 1 observation | 0 comments | Leave a comment

February 16, 2020

Notonectidae

Documents pour identifier les Notonectidae du Québec
Pour identifier les espèces de cette famille, j’ai utilisé les documents suivants:
Hilsenhoff, W. L. 1984. Aquatic Hemiptera of Illinois. The Great Lakes Entomlogist. 17 : 29-50
https://scholar.valpo.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1491&=&context=tgle&=&sei-redir=1&referer=https%253A%252F%252Fwww.bing.com%252Fsearch%253Fq%253DAquatic%252Bhemiptera%252Bof%252Billinois%2526qs%253Dn%2526sp%253D-1%2526pq%253Daquatic%252Bhemiptera%252Bof%252Billinois%2526sc%253D0-29%2526sk%253D%2526cvid%253DB3A94740537F492082C1AE57CDE2F6F1%2526first%253D11%2526FORM%253DPORE#search=%22Aquatic%20hemiptera%20illinois%22
Hungerford, H. H. 1933. The Genus Notonecta of the World (Notonectidae-Hemiptera). The University of Kansas Bulletion of science bulletin 21 : 5-195.
https://www.biodiversitylibrary.org/page/5774493#page/13/mode/1up
Hutchinson, G. E. 1945. On the species of Notonecta (Hemiptera-Heteroptera) inhabiting New England. Transaction of the Connecticut Academy of Arts and Sciences 36 : 599-605

Tableau d'identification des espèces du genre Notonecta du Québec et des régions adjacentes
Pour faciliter l’identificaion des espèces du genre Notonecta rencontrées au Québec et dans les régions adjacentes, je vous propose ce tableau qui est expérimental.
1a-Présence de couleur rougeâtre sur la corie…………………………………………………………………….insulata
1b-Absence de couleur rougeâtre sur la corie…………………………………………………………...……………………………….2
2a-Mésotrochanter pointu………………………………………………..………...……………………………….………lunata
2b-Mésotrochanter arrondi……………………………………………………………………………………………………...………………..3
3a-Milieu du carène ventral du 4e segment de l’abdomen poilu…………………………………………….………………….4
3b-Milieu du carène ventral du 4e segment de l’abdomen glabre……………………………………...……………………...5
4a-Largeur du synthlipsis moins du 1/3 de la largeur du vertex…………………………….…petrunkevitchi
4b-Largeur du synthlipsis plus du 1/3 de la largeur du vertex………………………..…………………undulata
5a-Scutellum et corie en majeure partie pâles………………….………………………………………………..borealis
5b-Scutellum noir et corie avec beaucoup de tache noire………………………………….…………....…irrorata

Les punaises du genre Buenoa
Les Notonectidés les plus intéressants appartiennent au Buenoa . Ce genre se reconnaît par une longueur inférieure à 8 mm, la forme étroite du corps et les yeux énormes occupant presque tout le dessus de la tête.
De 2016 à 2018, trois espèces ont été récoltées.
Buenoa confusa
C’est la plus petite. J’ai eu la chance de la trouver dans six localités de la province depuis 1995 dont à Saint-Félix-de-Valois.
Selon ma base de données, cette punaise a été capturée dans les régions adminstratives suivantes au Québec : Lanaudière, Laurentides, Montérégie et Outaouais.
Buenoa macrotibialis
À une occasion à Longueuil
L’insecte est rare et ma base de données indiquent sa présence dans le Bas-Saint-Laurent, en Montérégie et en Outaouais au Québec.
Buenoa margaritacea
La plus grande du genre dans la province. 4 spécimens cueillis dans deux étangs à Longueuil.
Selon ma base de données, c’est aussi une espèce rare dans la province : Bas-Saint-Laurent, Ile-de-Montréal et Montérégie

Étang du Capricorne à Longueuil
Le fait le plus intéresant de ces trois punaises est de les avoir ramassées en 2016 dans un étang de Longueuil : Étang du Capricorne.
Ce dernier a subi une transformation par eutrophisation. Lors de ma premières visites en 2005, il y avait des épinoches. En 2009, les épinoches ont disparues. En 2016, l’étang était couvert de Lenticules mineures.
Ce sont seulement dans les zones sans Lenticules mineures de l’étang que ces punaises avec des nymphes étaient présentes.

Posted on February 16, 2020 19:13 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 3 observations | 0 comments | Leave a comment

February 02, 2020

Veliidae: deux espèces jamais ensembles.

Pour identifier les espèces de cette famille, j’ai utilisé deux documents :
Hilsenhoff, W. L. 1986. Semiaquatic Hemiptera of Wiscousin. The Great Lakes Entomologist. 19 : 7-19
https://scholar.valpo.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1550&=&context=tgle&=&sei-redir=1&referer=https%253A%252F%252Fwww.bing.com%252Fsearch%253Fq%253Dsemiaquatic%252Bbugs%252Bof%252Bwiscousin%2526qs%253Dn%2526form%253DQBRE%2526sp%253D-1%2526ghc%253D1%2526pq%253Dsemiaquatic%252Bb%2526sc%253D0-13%2526sk%253D%2526cvid%253D7CD6C05D8EEA44198EA6C9CE754BA717#search=%22semiaquatic%20bugs%20wiscousin%22
Smith, C. L. et J. T. Polhemus. 1978. The Veliidae (Heteroptera) of America North of Mexico-keys and checklist, Proceedings of the Washington Entomological Society 80 : 56-78
https://www.biodiversitylibrary.org/page/16381147#page/72/mode/1up
Récemment, j’ai découvert deux autres documents sur internet :
Bennett, D. V. et E. F. Cook. 1981. The Semiaquatic Hemiptera of Minnesota (Hemiptera : Heteroptera). Agricultural Experiment Station University of Minnesota St. Paul, Minnesota 55108. Technical bulletin 332 : 59 pages
https://conservancy.umn.edu/bitstream/handle/11299/109369/1/TB332.pdf
Taylor, S. J. 1991. SPECIES LIST, DISTRIBUTION AND KEYS TO THE GERROMORPHA (INSECTA: HETEROPTERA) OF ILLINOIS. Final report for an Illinois Department of Conservation Nongame Checkoff Fund grant.: 33 pages
https://www.dnr.illinois.gov/grants/Documents/WPFGrantReports/1991019W.pdf
Avec ces références, vous pouvez identifier tous les Gerromorphes autres que les Gerridae du Québec.
De 2016 à 2018, 4 espèces ont été récoltées et déposées dans ma collection. Il y en a deux qui retiennent mon attention : Microvelia buenoi et Microvelia pulchella
Ces deux punaises n’ont jamais été trouvées ensembles dans le milieu favori, c’est-à-dire, les étendues d’eau stagnante. Une question se pose : pourquoi ?
En plus, tous les spécimens récoltés de ces punaises sont aptères.
Elles sont difficiles à placer dans le pot d’asphyxie.
Les deux espèces sont faciles à différencier à l’état aptère. Il suffit d’examiner le dos du thorax en comptant le nombre apparents de segment : 2 pour M. buenoi et 3 pour M. pulchella.
En plus, le tibia postérieur est est arqué chez le mâle du M. pulchella.
À l’état macroptère, les deux espèces en question sont très jolies.

Posted on February 02, 2020 22:55 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 5 observations | 0 comments | Leave a comment

January 12, 2020

Focollage et Celestron 44308

Le focollage est un mot québécois et canadien-français pour désigner un processus post-photographique que le monde anglophone nomme le focus stacking. Du côté de la francophonie européenne, l’appellation est différente (http://www.lenaturaliste.net/forum/viewtopic.php?f=253&t=3397).
L’action du focollage est focoller.
Ce terme est la combinaison de deux mots : collage et focus.
Pour savoir ce qu’est ce procédé, il suffit de consulter Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Focus_stacking
Il existe plusieurs logiciels de focollage dont les plus connus sont CombineZP,, Helicon Focuns et Zerene Stacker. On trouve aussi comme une fonction dans les logiciels de capture d’images de caméra de microscope.
En 2013, une entreprise américaine a mis sur le marché un produit technologique remarquable : Celestron Handheld Digital Microscope Pro (modèle 44308) : https://www.celestron.com/products/handheld-digital-microscope-pro. Quand je l’ai vu pour la première fois, il m’a fait penser à ceci : http://www.gt-vision.com/html/entovision_systems.html. J’ai acheté cette petite caméra.
J’ai commencé à faire du focollage avec cette dernière en utilisant CombineZP et j’ai fait face à un problème : lors de la mise au point de l’image, l’angle de la caméra change. Cela a donné des photos focollées catastrophiques. Malgré ce fait, j’ai réussi à en faire et en voici quelques unes :
https://www.flickr.com/photos/97201254@N06/17018989486
https://www.flickr.com/photos/97201254@N06/24548843267
https://www.lestaxinomes.org/media16744
J'ajoute des photos de quelques Hyménoptères de notre site.
Récemment, j’ai résolu ce problème grâce à un accessoire d’un stéréomicroscope digital : un socle avec une colonne à guide linéaire. Il suffit d’attacher l’ensemble du Celestron 44308 sur le support du socle avec deux bandes élastiques larges et courtes.
3-Socle-avec-colonne-guide-lin-aire
4-Socle-dessous
5-Socle-dessus
Pour assurer une meilleure stabilité, je place de la pâte à modeler de chaque côté du socle.
6-Socle-et-p-te-modeler
Le fait que la petite caméra soit très haut me permet de disposer du maximum de son champ de vision qui est 67 mm.
Depuis, mes photos sont bien focollées
https://www.flickr.com/photos/97201254@N06/49214570392/in/pool-insectes_du_quebec/
https://www.flickr.com/photos/97201254@N06/49209467663/in/pool-insectes_du_quebec/
Il y a celles de la Guêpe à taches blanches de Sainte-Cécile-de-Whitton.
Il reste à régler un autre problème : l’éclairage. Cela est plus évident au sujet de la photo du Dytiscus dauricus. La cause est simple : ajustement de la lumière du Celestron 44308 est extrêment difficile.
https://www.inaturalist.org/observations/36912199
Voici un petit vidéo sur mon astuce.

Posted on January 12, 2020 18:51 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 9 observations | 1 comment | Leave a comment

December 18, 2019

Au sujet des Gerrinés

Articles pour identifier les Gerrinés
Pour identifier mes Gerrinés récoltés, j’utilise 4 articles.
Andersen, N. Møller. 1990. Phylogeny and taxonomy of water striders, genus Aquarius Schellenbugr (Insecta, Hemiptera, Gerridae), with a new species from Australia. Steenstrupia 16(4) : 37-81
Andersen, N. Møller. 1993. Classification, phylogeny, and zoogeography of the pond skater genus Gerris Fabricius (Hemiptera: Gerridae). Canandian Journal of Zoology 71 (12) : 2473-2508
https://www.nrcresearchpress.com/doi/pdf/10.1139/z93-343
Andersen, N. Møller & John R. Spence. 1990. Classification and phylogeny of the Holarctic water strider genus Limnoporus Stål (Hemiptera, Gerridae). Canandian Journal of Zoology 70(4) : 753-785
https://www.nrcresearchpress.com/doi/pdf/10.1139/z92-110
Bennett, D. V. & E. F. Cook. 1981. The Semiaquatic Hemiptera of Minnesota (Hemiptera: Heteroptera). Agricultural Experiment Station University of Minnesota St. Paul, Minnesota 55108. Technical Bulletin 332 : 59 pages.
https://conservancy.umn.edu/bitstream/handle/11299/109369/1/TB332.pdf

Découverte sur les femelles de Gerris
Le dernier article m’a permis de faire une découverte qui mérite d’être vérifié.
Il y a trois espèces de Gerris (comatus, insperatus et marginatus) dont les femelles sont très difficile à identifier au niveau de l’espèce. Elles ont en commun que la lobe antérieure du prothorax est dépourvue d’une bande pâle latérale.
Bennett et Cook (1981) et Epler (2006 : Identification manual for the aquatic and semi-aquatic Heteroptera of Florida. FL Dept. Env. Prot., Tallahassee, FL. 186 pp. : http://publicfiles.dep.state.fl.us/dear/labs/biology/biokeys/heteroptera.pdf) se basent sur la forme et la longueur des épines connexivales pour les différencier mais ils mentionnent que c’est très difficile.
Dans Bennett et Cook (1981), le dessus du bout de l’abdomen de la femelle des espèces en question sont illustrées à la page 52. Or, j’ai constaté une différence importante au niveau de la marge postérieure de l’avant-dernier article abdominal. Elle est ondulée pour G. comatus, convexe pour G. insperatus et concave pour G. marginatus. J’ai pu voir ce détail sur un très petit échantillon de G. comatus et insperatus.
Le pattern de la coloration du dessus des épines connexivales semblent spécifiques à chaque espèce et cela a aussi besoin d’être vérifié.

Identification sur le terrain
Identifier les genres des Gerrinés sur le terrain est assez facile au Québec.
Le genre Aquarius est aptère et noir et on le rencontre sur les eaux courantes. Ce dernier fait est une de ses caractéristiques.
Le genre Gerris est brun foncé et je le trouve presqu’exclusivement dans les habitats à eaux stagnantes.
Pour le genre Limnoporus, le corps est parallèle et très allongé et a une belle couleur brun-roussâtre.
Il préfère les eaux stagnantes.
Pour identifier les espèces sur le terrains, c’est presqu’impossible. Il faut alors récolter les adultes et les examiner au stéréomicroscope. On se base le plus ouvent sur l’extrémité abdominal.

Mes observations
Chacune de mes observations a plus d’une photo. La première est l’habitus et la dernière illustre l’habitat. Les autres montrent les parties de l’insecte ayant les caractéristiques de l’espèce.
La plus intéressante est celle de l’Aquarius remigis de Stukely-Sud. Ce spécimen fait partie d’une série récoltée dans un petit ruisseau en bordure d’une route en 2017 . L’année suivante, l’habitat a été détruit en vue d’une construction résidentielle et ce la me fait mal au coeur. Heureusement, j’en ai trouvé d’autres le 22 septembre 2018 à Eastman près de l’Autoroute des Cantons-de-l’Est en compagnie de Microvelia americana.
La seconde plus intéressante est Limnoporus dissortis le 19 mai 2018 à Saint-Félix-de-Valois dans un étang d’une sablière. Auparavant, j’avais capturé d’autres spécimens l’année précédente dans un autre secteur de la municipalité. Cette dernière est un bon endroit pour observer ce Gerriné.

Posted on December 18, 2019 13:00 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 3 observations | 0 comments | Leave a comment

November 10, 2019

La section "Annotations" pas ou peu utilisée

Depuis le début de l'année, j'ai remarqué que la section "Annotations" de la plupart des observations identifiées par moi ont la section "Annotations" vide..
Cette section est très utile et je suggère de lire ceci sur ce lien:
https://www.inaturalist.org/pages/annotations

La voici traduite en version canadienne française:

Les Annotations sont similaires aux Champs d’Observation mais elles sont entretenues par les adminstrateurs d’Inaturalist. C’est pour éviter la duplication et la confusion générale parmi les champs d’observation en raison de leurs nombreux différents créateurs et utilisations. Généralement, la section "Annotations" existe pour le Stade, Phénologie végétale et le Sexe. Nous prévoyons d’en ajouter plus.

L’un des principaux avantages des annotations est qu’elles proviennent des observations aux pages Espèces iNaturalist . Par exemple, sur la page de l’espèces du Lophocampe maculée , le graphique de la saisonnalité comporte un onglet « Cycle de vie ». Le graphique de cet onglet est guidé par des annotations sur les observations et peut être utilisé pour visualiser que les larves émergent plus tard que les adultes, ce qui explique la distribution saisonnière à "deux bosses". De même, si vous cliquez sur 'Afficher plus' dans la section photos, la possibilité de filtrer les photos simplement par 'Stade d’évolution' = 'Larva' pour voir à quoi ressemblent les chenilles de Lophocampe maculé est également guidée par des annotations.

Les avantages des annotations pour les pages des espèces ne se manifesteront que si suffisamment de personnes prennent le temps d’annoter les observations. Vous pouvez ajouter des annotations une à la fois à partir de chaque page d’observation, mais cela peut être fastidieux. Nous avons développé l’outil « Identifier » pour qu’il soit plus facile d’ajouter rapidement des annotations afin d’encourager plus de gens à contribuer à la production de ces données. Voici comment le faire. D’abord, cliquez sur 'Identifier' dans le menu principal.

1-Dans l’outil 'Identifier', tapez d’abord le nom de l’espèce avec les observations que vous voulez annoter.
2-Ensuite, développez le menu 'Filtres' et décochez 'Identifier' (vous voulez annoter les observations, qu’elles aient besoin ou non d’être identifiées).
3-Ensuite, cliquez sur « TOUS » sous "Relus" (vous voulez annoter les observations, que vous ayez déjà examiné ou non leurs ID).
4-Ensuite, développez 'Plus de filtres' et sous 'Sans annotation' ajoutez le nom de l’annotation que vous voulez remplir (cela ne fournira que les observations qui n’ont pas été annotées).
5-Enfin, cliquez sur 'Mettre à jour la recherche' pour récupérer les observations.

Maintenant vous pouvez cliquer sur la première des observations pour ouvrir le modal. Appuyez sur l’onglet « Annotations » où vous pourrez sélectionner et ajouter des annotations. L’avantage réelle de l’outil 'Identifier' provient de l’utilisation de raccourcis clavier expliqués dans le menu. Par exemple, les touches fléchées pour passer à l’observation suivante, 'la' ajoutera une annotation de 'Stade d’évolution : Adulte' et 'll' ajoutera une annotation de 'Stade d’évolution : Larve'. Pour en savoir plus sur l’outil 'Identifier' , allez voir dans ce tutoriel vidéo
Merci d’avoir aidé à ajouter des annotations. Si vous annotez une espèce au point que les graphiques de Saisonnalité sur la page des espèces semblent assez importantes et trouvent des modèles intéressants dans le stade de la vie, le sexe, ou la phénologie de floraison, une dernière étape que nous vous encourageons à faire est d’ajouter cette information à l’article Wikipedia pertinent pour l’espèce.

Nous utilisons le contenu de Wikipedia dans les pages d’espèces iNaturalist comme beaucoup d’autres sites, et l’ajout à Wikipedia est un excellent moyen d’aider à développer Wikipedia et de renforcer les liens avec iNaturalist. Selon notre expérience, il est difficile de trouver de solides sources de données phénologiques, comme les données que vous aidez iNaturalist à recueillir au moyen d’annotations, et ces renseignements sont souvent absents de Wikipedia ou mal référencés.

J'ajoute ceci: le graphique pour un taxon est différent d'une région à une autre. Dans le coin supérieur, il est indiqué "Filtrer par lieu"

Annotation-2019-11-04-101131

Il suffit de désigner un lieu pour avoir un graphique différent.

Annotation-2019-11-04-101246

Posted on November 10, 2019 14:35 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 0 comments | Leave a comment

October 19, 2019

Hebridae : deux espèces intéressantes

Comme vous pouvez le remarquer pour les observations placées sur le site depuis le début de septembre, j’ai ajouté des photos concernant les caractéristiques de l’espèce et l’habitat.
Pour les premières, c’est de vous inciter à examiner la ou les parties importantes de l’insecte car l’identification de l’espèce sur le terrain est impossible à confirmer. Souvent, il faut voir le dessous du corps.
Au sujet du second, le but est de vous donner une aperçu écologique de l’endroit. Depuis quelques années, j’ai photographié presque tous les habitats de capture.
Pour le première fois depuis 2010, j’ai eu la chance de capturer des Hébridés en 2017 et 2018 dans une seule localité : Saint-Félix-de-Valois. Ce sont deux espèces que je vous présente.
Le Québec en compte trois espèces.

HEBRUS BUENOI
J’ai été heureux et très surpris d’avoir récolté 5 exemplaires le 21 octobre 2017 par tamisage parmi des petits saules dans une emprise à environ 30 m d’un étang. Habituellement, cette punaise se rencontre dans les étangs et les marais stagnants.
Une question se pose : pourquoi les spécimens étaient éloignés de l’étang? Il est fort probable qu’ils cherchaient un lieu pour hiberner.
Voici une liste des caractéristiques de l’espèce :
-les antennes ont 5 segments
-le vertex a un sillon
-l’apex du scutellum est échancré
Selon ma base de données, cette punaise est présente au Québec dans les régions administratives suivantes : Abitibi-Témiscamingue, Centre-du-Québec, Estrie, Lanaudière, Laval, Les Laurentides, Montérégie, Montréal et Outaouais.

MERRAGATA HEBROIDES
L’unique spécimen a été trouvé dans l’étang le 18 mai 2018 près du lieu de capture d’H. buenoi.
Le genre Merragata se caractérise par des antennes composées de 4 segments et il n’y a qu’une seule espèce dans la province qui se reconnaît par les quatre taches pâles sur la membrane.
Cette punaise est rare et partage le même habitat que H. buenoi.
Selon ma base de données, cette espèce a été prise au Québec dans 6 régions administratives : Estrie, Lanaudière, Laval, Montérégie, Montréal et Outaouais.

Posted on October 19, 2019 20:55 by jeanfrancoisroch jeanfrancoisroch | 2 observations | 0 comments | Leave a comment

Gracias al apoyo de:

¿Quiere apoyarnos? Pregúntenos cómo escribiendo a snib.guatemala@gmail.com